Grégoire de Lasteyrie

Grégoire de Lasteyrie

Engagé pour notre quotidien

18 décembre 2015

Région : ce que les Essonniens attendent de la nouvelle présidente

Les conseillers régionaux élus en Essonne
Les usagers veulent avoir leur mot à dire sur les projets de transports en commun. « Quel que soit le candidat élu, nous aurions demandé la même chose, pose en préambule Rémy Pradier, président de Sadur, une association de défense des usagers du RER D. La Région doit davantage impliquer les usagers en amont des projets et leur permettre d’être mieux représentés au Stif (NDLR : syndicat des transports d’Ile-de-France). » Pour les lignes de moyenne et grande couronne, qui se sentent souvent « oubliées », les associations d’usagers attendent une diminution des temps de parcours. Qu’est- ce qui pourrait contribuer à atteindre cet objectif ? « Aller au bout des études sur le doublement du tunnel entre Châtelet et Gare du Nord, détaille Rémy Pradier. Il faut aussi élargir les heures de pointe sur les lignes de RER et étudier comment prolonger la future ligne 18 d’Orly à Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) pour rapprocher l’Essonne du Grand Paris. » Des défis auxquels devra se frotter Stéphane Beaudet, le maire (LR) de Courcouronnes, pressenti aux transports (lire ci-dessous), l’un des dossiers franciliens les plus épineux. Rénover de façon urgente les lycées. « Plutôt que des annonces souvent déconnectées de la réalité comme celles sur les tests salivaires pour détecter la consommation de drogues, le SNES-FSU de l’Essonne attend une politique ambitieuse de gestion du parc matériel des lycées du 91, au service des personnels et de la réussite des élèves », indique Sophie Vénétitay, secrétaire départementale du syndicat majoritaire dans le second degré. En priorité, la rénovation de certains lycées, comme celui de Brunoy. « Dans certains secteurs du département (NDLR : notamment le sud Essonne, où un 3e lycée est attendu depuis des années), les établissements sont pleins, déplore le SNES-FSU. La Région doit donc assumer sa mission de construction. Les programmes d’investissements et travaux doivent être maintenus, et approfondis dans certains cas. » Le syndicat souhaite aussi que la Région ne fasse plus dans le « bricolage » et le « système D » pour le parc informatique et assume une vraie politique de passage à l’ère numérique. La forte attente du plateau de Saclay et des zones rurales. Dès dimanche soir, Grégoire de Lasteyrie, maire (LR) de Palaiseau et nouveau conseiller régional ne cachait pas sa satisfaction de voir « une candidate qui s’est toujours intéressée au plateau de Saclay » arriver à la tête de la Région. « L’ancienne majorité était très absente, estime l’élu. Valérie Pécresse sera très impliquée dans le grand projet de développement du plateau. » Même si beaucoup de dents ont grincé au moment de la publication de la liste des candidats LR dans le département - certains ont trouvé que le sud Essonne n’était quasiment pas représenté - les villages espèrent ne plus « être les grands oubliés » de l’Ile-de-France. « Nous ne sommes pas que des réserves foncières pour les Parisiens, glisse un élu sans étiquette du sud du département. J’espère que la nouvelle majorité ne s’est pas souvenue de nous juste pour la campagne électorale, mais qu’elle lancera une véritable politique de la campagne, comme il en existe pour la ville. » Le Parisien - Cécile Chevallier - 17 décembre 2015