Grégoire de Lasteyrie

Grégoire de Lasteyrie

Engagé pour notre quotidien

14 décembre 2015

La Région passe à droite

A la préfecture d'Evry lors de l'annonce des résultats du second tour des régionales (Photo du Parisien)

Une nouvelle ère s’ouvre à l’hôtel de Région. La première région de France, qui détient le plus gros PIB pour une région européenne, bascule de gauche à droite, à l’issue de ces élections régionales. En effet, le scrutin de ce dimanche 13 décembre a vu la liste de Valérie Pécresse l’emporter d’une courte tête face à la liste d’union de la gauche portée par Claude Bartolone. Cette dernière a ainsi remporté la Région avec 43,80% des suffrages, face au 42,18% de son adversaire socialiste et loin devant le candidat du Front National, Wallerand de Saint-Just (14,02%).

Une délivrance pour la droite

Une victoire qui a pourtant mis du temps à se dessiner dans ces élections régionales. Car à l’image de la région Normandie, les premiers résultats aux alentours de 20h30 étaient incapables de traduire une tendance. Hormis pour le FN qui était écarté, les listes Pécresse et Bartolone étaient au coude à coude. Tout le monde était dans l’expectative, même les candidats. Présent en préfecture de l’Essonne ce dimanche soir, Robin Reda, le maire de Juvisy, treizième sur la liste 91 LR-UDI-MoDem était également dans l’attente. « Je ne peux pas encore m’avancer sur les résultats, mais au regard de la participation et de l’énergie qu’on a mis dans la campagne, on est plutôt optimiste », glissait tout de même ce dernier, tout en scrutant les derniers résultats sur son téléphone. Durant plus d’une heure, les annonces sur le candidat qui raflerait la région se sont multipliées. Un coup Pécresse était donnée vainqueur, un coup Bartolone, signe que les deux listes ont longtemps été au coude à coude.
Une attente longue qui s’est terminée peu avant 22h. Moment qu’a choisi Valérie Pécresse pour officialiser sa victoire à l’échelle de la région. Un soulagement pour certains, une satisfaction pour d’autres. La tension laisse place aux sourires comme pour le maire sans étiquette de Limours-en-Hurepoix, Jean-Raymond Hugonet, septième sur la liste d’union de la droite. « Je suis très heureux que Valérie Pécresse ait gagné. C’est également une grande satisfaction pour moi de faire partie de l’aventure, assure-t-il. Maintenant, à nous de faire bouger les choses à la Région, notamment sur des sujets comme celui du développement du Plateau de Saclay ». Des propos relayés par Grégoire de Lasteyrie, troisième sur la liste essonnienne. « La Région n’était pas assez présente sur le dossier de l’établissement public Paris-Saclay (Ndlr : EPPS). Nous devons aussi ce résultat à un réveil des électeurs et à une plus forte participation qu’au premier tour ». « Le premier parti reste celui des abstentionnistes, rétorque Carlos Da Silva, chef de file de la gauche dans le département. Ça s’est joué à peu de choses, c’était extrêmement serré », regrette ce dernier. Tandis que le tête de liste Claude Bartolone choisissait plutôt l’apaisement. « J’adresse mes félicitations à Madame Pécresse que j’ai appelé, et je souhaite bonne chance à la tête de l’Ile de France ».

C’est donc une page qui se tourne pour la vie de la Région. Après 17 ans de gouvernance, la gauche rejoint les rangs de l’opposition, au sein de laquelle figureront quelques conseillers régionaux frontistes. Car oui, même si le Front National n’a pas réitéré ses scores du premier tour, notamment dans les villes du Sud-Essonne, le parti de Marine Le Pen aura bien ses représentants au Conseil régional d’Ile-de-France. « Cela reste tout de même une belle victoire pour nous, souligne Audrey Guibert, tête de liste en Essonne. L’important est de faire notre retour au Conseil régional. Quoiqu’il arrive, nous continuons à poursuivre notre implantation ».

27 voix qui font la différence

C’est donc une victoire qui a mis du temps à se dessiner sur le plan régional, mais ce n’est rien comparé à l’échelle du département. En effet, il aura fallu attendre les résultats du dépouillement de la dernière commune du département pour connaître l’identité du vainqueur de ce scrutin en Essonne. Au total, seules 27 voix séparent la liste LR-UDI-MoDem de la liste d’union de la gauche. Et ces voix sont en faveur du camp de Valérie Pécresse. 171 595 voix contre 171 568 pour être plus précis. A l’apparition de ces chiffres sur le grand écran présent en préfecture de l’Essonne, c’est un deuxième « ouf » de soulagement qui se lit sur les visages des candidats nouvellement élus.
C’est donc à un match très serré que se sont livrées la droite et la gauche. Pour autant, il y a un point sur lequel il n’y a pas eu photo : la répartition de ces dernières dans les communes. Sur les 196 communes du département, la liste LR-UDI-MoDem se place en tête dans 142 communes, soit loin devant la liste portée par Claude Bartolone (51) et encore plus loin devant celle de Wallerand de Saint-Just qui s’en tire avec seulement trois communes où il finit en tête. La gauche doit ainsi sa résistance aux bons résultats recueillis dans les plus grosses villes du département. A Evry ou à Grigny, les candidats de Claude Bartolone flirtent avec la barre des 60%.

Au niveau régional, la victoire de la droite bouleverse ainsi l’ordre établi. Le camp de Valérie Pécresse devrait ainsi obtenir 121 sièges à la Région, tandis que la gauche en prendrait 66, les 22 derniers allant aux candidats frontistes. Sur le plan départemental, difficile encore à dire, mais la liste vainqueur devrait glaner au moins 13 sièges, propulsant des personnes comme Grégoire de Lasteyrie, Aurélie Gros, Jean-Philippe Dugoin-Clément, ou encore Robin Reda conseillers régionaux (voir le restant de la liste). La gauche devrait en avoir 7, parmi lesquels Olivier Thomas ou encore Jean-Vincent Placé. Enfin, le FN devrait plafonner à 3 sièges occupés par Audrey Guibert, Aurélien Legrand et Vanessa Juille. Bref, tout ceci sera officialisé dans les prochains jours, avec notamment l’installation du Conseil régional qui interviendra dans les prochains jours.

Essonne Info - Jérome Lemonnier - 14 décembre 2015