Grégoire de Lasteyrie

Grégoire de Lasteyrie

Engagé pour notre quotidien

17 septembre 2015

Hollande à Saclay : un marathon, mais pas d’annonces

Le président François Hollande en visite sur le plateau de Saclay
Il aurait pu aller à La Sorbonne, à Lille II ou encore à Bretagne-Sud. Mais pour la rentrée universitaire, François Hollande a choisi l'Essonne et Paris-Saclay. Le président de la République, accompagné des ministres Najat Vallaut-Belkacem (Education nationale) et de Thierry Mandon (Enseignement supérieur), a passé toute la matinée, ce jeudi, sur ce campus qui rassemble deux universités, dix grandes écoles et sept organismes de recherche. « Il fallait trouver un endroit d'excellence, a-t-il confié dans son discours. En France, il y en a plusieurs. Il fallait aussi une des plus grandes universités d'Europe, et là il y en a moins. Mais la vôtre correspondait à tous les points. » Des propos qui résument le déplacement de plus de quatre heures sur Paris-Saclay de François Hollande : encourager le processus engagé autour de cette « super » université, mais aucune annonce grandiloquente pour le campus ou plus largement pour le territoire du plateau de Saclay, appelé à devenir un pôle scientifique et économique d'envergure mondiale. Dans son discours, le président s'est concentré sur la politique nationale concernant les universités évoquant l'objectif de 60 % d'une classe d'âge dans l'enseignement supérieur d'ici à 2025.Il s'est ainsi démarqué de son prédécesseur. A chacun de ses déplacements sur le plateau de Saclay, Nicolas Sarkozy jouait le Père Noël : un milliard d'euros promis en décembre 2009 pour la « Silicon Valley essonnienne » et, l'année suivante, le Super Métro à Saclay « au plus tôt ». Au point que la visite présidentielle de ce jeudi a déçu certains élus locaux.Selon la droite, « ce déplacement est resté dans l'image »« Nous attendions sa venue sur le plateau depuis longtemps, indique Grégoire de Lasteyrie, maire (LR) de Palaiseau. Président depuis trois ans, c'est la première fois qu'il se déplaçait alors que Saclay est un des rares territoires en France à se développer de façon si importante qu'il pourrait rapporter un point de plus pour la croissance nationale. C'est donc un projet majeur. Mais il reste des vraies questions, principalement celles des transports. On espérait que le président de la République ferait des annonces fortes pour nous garantir la livraison du métro par exemple ou des projets pour désengorger les axes routiers. Mais ce déplacement est resté dans l'image. »David Ros, maire (PS) d'Orsay, concède « sans langue de bois » qu'il espérait aussi « une annonce sur les transports ». « Mais il y a beaucoup d'arbitrages en ce moment sur le sujet, poursuit l'élu. L'Etat n'est pas le seul acteur et décideur. Avec cette visite, le président a montré que Paris-Saclay, un campus d'excellence, ce n'était pas que des mots. »« La ligne de métro va arriver », mais quand ?François Hollande, qui estime que Paris-Saclay a la « bonne taille pour mutualiser ses compétences et ses savoirs pour donner à la France une forme de label d'excellence », a pu, en 4 heures de visite, découvrir la diversité des filières proposées aux quelque 70 000 étudiants de cette super université. Il a rencontré des étudiants créateurs d'entreprise, des élèves de l'institut d'optique Graduate School qui ont mis au point un dépistage du cancer de la peau par des moyens photoniques ou encore des « X », des étudiants de Polytechnique.« C'est une chance exceptionnelle d'avoir autant de jeunes sur un territoire, a martelé le président. Cela va être retentissant pour le logement, l'emploi… C'est pour cela que j'ai demandé au préfet d'Ile-de-France d'accomplir pleinement sa tâche pour que les infrastructures importantes arrivent sur le plateau. La ligne de métro va arriver pour le relier à Paris. » Quand ? Si, pour l'heure, les plus optimistes tablent sur 2023 ou 2024, aucune date n'a filtré ce jeudi dans les propos du président. Il ne l'avait visiblement pas glissée dans son cartable de rentrée universitaire. Le Parisien - 17 septembre 2015